Randonnée dans le massif des calanques

 

 



Retour au Sommaire général des randonnées

 

Randonnée du circuit des calanques de Morgiou, de la Triperie et de Sormiou

 Mise à jour le 14 mars 2009

Info. pratiques

 Carte IGN

 Série Spéciale PLEIN-AIR / Les CALANQUES de Marseille à Cassis Echelle : 1 : 15 000

 Accés

 Stationner le véhicule pratiquement au bout du Chemin de Morgiou (route qui dessert la maison d'arrêt des Baumettes), au niveau du Bd L. Marion. Il existe également un parking un peu plus haut à droite lorsque vous vous engagez sur la route réglementée qui file vers la calanque de Morgiou.
Transport en commun  : Le bus n°22 de la RTM vous dépose à son terminus "Les Baumettes" chemin de morgiou.

 Balisage

 Il y en aura pour tout les gouts : GR (rouge et blanc) et PR tracés Rouge n°6, vert n°6, jaune n°6, jaune pointillés n°6a, noir n°4, bleu n°1 et rouge n°5

 Dénivelé

 Environ 650 m. de dénivelé cumulé, avec un gros raidillon et deux plus petits raidillons.

 Distance

 Environ 11,5 Km.

 Temps de marche

 Personnellement j'ai parcouru l'itinéraire en 4h30 à 5h00 hors pauses déjeuner et autres arrêts visites des calanques.

 Variante

 Au moins deux variantes sont possibles pour réduire le parcours. Je n'ai pas effectuer ces itinéraires mais il s'agit pour la première de remonter de Morgiou par le tracé rouge n°5 vers le point nommé "le Carrefour" mais vous n'irez pas au cap de Morgiou. Pour la deuxième au même point "le Carrefour" de poursuivre le tracé bleu n°1 en direction du col des Escourtines mais vous n'irez pas à Sormiou.

 Points Culminants

 Crête de Morgiou environ 250 m.

 Cotation

     Randonnée moyenne à fatiguante - 500 m < dénivelé < 1 200 m et/ou 10Km < distance < 15Km        Jolie randonnée, vaut le coup d`oeil - quelques curiosités à découvrir.    

 Commentaires

 Belle randonnée qui vous fera passer par les deux calanques habitées de Morgiou et de Sormiou sans vous faire emprunter de route goudronnée. Vous aurez une vue dominante sur les calanques avant d'accéder au coeur de ces lieux "mythiques". C'est aussi un rendez-vous avec l'histoire en croisant les fortifications du cap Morgiou, mais aussi avec la préhistoire en découvrant la spectaculaire anse de la calanque de la Triperie. Ce n'est pas une randonnée très éreintante malgré des deux ou trois montées assez raides mais une bonne condition physique résultant d'une pratique régulière de la randonnée est requise ainsi que le port des chaussures de randonnée. A noter également un passage délicat équipé de chaînes au dessus de Morgiou mais aussi la grande prudence à observer à l'extrémité du cap Morgiou où l'accès est très fortement déconseillé en cas de vent et aux personnes sensibles au vertige.

 Tracé et Profil d'itinéraire

 Tracé :  Cliquez ici pour accéder au tracé du circuit des trois calanques ...


Lee barques de pêcheurs du port de la calanque de Morgiou.

 
Description
 
 En remontant le chemin de morgiou empruntez à gauche le court Bd L. Marion. Après la barrière DFCI suivre le tracé rouge et la piste qui s'enfonce en serpentant dans le vallon des Escampons.
La piste se rétrécit rapidement alors que la pente devient plus importante.
Le sentier chemine sous la frondaison des pins d'Alep, au petit matin le vent frais qui s'engouffre dans le vallon glace les os.

Après quelques lacets sans difficultés on atteins le col de Morgiou où les rayons du soleil matinal explosent de milles éclats sur les vaguelettes qui se forment dans la calanque de Sormiou. Dommage, malgré le petit vent, une brume légère masque l'horizon.

Depuis la barrière DFCI il faut compter 15 min. pour accéder au col, traversez la piste en vous orientant à gauche vers le Nord Ouest et Attention passage délicat au dessus de Morgiou !!poursuivez la randonnée par le tracé vert qui est doublé des traces rouge et blanche d'un GR.
Le sentier est un peu vallonné et court à mi hauteur jusqu'à accéder à la crête des Escampons, depuis le col il faut marcher 30 min.
Ici le marquage au sol est un vrai arc en ciel : rouge blanc, bleu, jaune, vert, ... il faut suivre main droite sur la piste direction Sud Est.

Plus loin sur la droite il ne faudra pas rater le départ du tracé jaune 6a en pointillé.
Le sentier descend agréablement en contournant par le sud la crête de Saint Michel dont la falaise se dresse fière et majestueuse. 

Bientôt le sentier s'insinue entre quelques rochers, des chaînes sont fermement arrimées à la roche, de l'autre coté une petite descente abrupte de quelques mètres nous attend.
Il faut bien se tenir à cette main courante pour ne pas dégringoler, si vous portez des bâtons, il faudra les lancer en bas pour vous libérer les deux mains.
Le sentier jaune vient mourrir sur le GR 58-91 qu'il faut suivre main droite vers l'EST pour regagner la calanque de Morgiou avec sa petite plage et son "grand" port.
Depuis la crête des Escampons se sont écoulés 45 min.

Faites un petit tour sur la plage, sur le port, jetez un coup d'oeil aux cabanons et voyez comme il fait bon vivre dans ce lieu presque intemporel !!

La plage de la calanque de Morgiou et l'entrée du port.

Pour continuer la randonnée, faites le tour du port pour retrouver les traces du GR et du tracé noir qui partent à l'extrémité Sud/Est des quais.
Le sentier monte rapidement entre des cabanons éparpillés pour atteindre après un bon petit raidillon le col du Renard (30 min. depuis Morgiou).  

Les fortifications du cap Morgiou.

Au col, prendre le tracé bleu à gauche direction Est-Sud/Est vers les remparts qui contrôlent l'accès au cap Morgiou. 

Passez l'enceinte fortifiée et toujours par le tracé bleu continuez votre randonnée jusqu'à l'extrémité du cap Morgiou.
Vous pouvez réservez un bon quart d'heure pour découvrir les vestiges de deux batteries qui furent installées sur cette place forte (voir l'encadré ci-dessous).
Pour accéder à la pointe du cap vous contournez l'anse de la calanque de la Triperie.
La régularité de sa forme circulaire est stupéfiante.
 Perché sur cette falaise d'une vingtaine de mètres au dessus des flots il ne faut pas défaillir, si vous êtes sujet au vertige évitez d'approcher trop du bord.
De même en présence de vent, ne tentez pas d'accéder à l'extrême pointe du cap, vu l'étroitesse du lieu et son exposition aux éléments, une rafale de mistral aura vite fait de vous déséquilibrez et la chute risque d'être la dernière.

 

Les fortifications du cap Morgiou

On retrouve les premiers écrits concernant le fortin de Morgiou en 1614, il pourrait avoir été construit entre le XIVe et le XVIe siècle pour se protéger des razzias des pirates barbaresques.

Ensuite c'est un peu confus, des fortifications auraient été édifiées sur les anciennes constructions sur décret de Napoléon Bonaparte en 1810

L'objectif était de renforcer les défenses de la façade maritime depuis les Bouches du Rhône jusqu’au Var.

La raison : la menace britannique. Il était nécessaire de protéger les navires de commerces contre la flotte anglaise. Ces derniers pouvaient ainsi pu trouver refuge dans les calanques de Sormiou et de Morgiou placées sous la protection des batteries du fortin du cap Morgiou.

Ce fortin aurait subi, à plusieurs reprises, les assauts anglais qui l'auraient conquis par deux fois, jetant à la mer canons et boulets. 
Ce qui est sûr c'est que l'on peut encore voir les remparts qui gardent l'accès au cap ainsi  que les vestiges de deux batteries.

Pour plus d'informations, je vous conseille la lecture de l'excellent livre des Calancoeurs "Il était une fois les calanques !"
Ce lieu cache encore une merveille.
Ici sous vos pieds se trouve la grotte Cosquer, du nom devenu célèbre de ce scaphandrier qui en 1991 explore une cavité, qu'il avait repéré 6 ans plus tôt. 
La calanque de la Triperie













 
Il y découvre des peintures rupestres datant de -29 000 ans à -17 000 ans avant notre ère.
L'entrée de la grotte se situe à -37 m. en dessous du niveau de la mer. 

La datation des peintures correspond à la dernière glaciation, le niveau de la Méditérannée se trouvait alors 130 m. plus bas qu'aujourd'hui ... 

Un retour à la préhistoire dans ce lieux qui semble n'être qu'un vulgaire gros morceau de calcaire exposé au vent et au ressac incessant de la houle et pourtant ... 


 Mais il ne faut pas traîner, la route est encore longue, vous pouvez déjeuner ici si vous le souhaitez, sachez tout de même qu'un bon raidillon vous attend un peu plus loin.
Le cap Morgiou, les remparts et l'anse de la Triperie que l'on distingue au bout du cap.

Par le même tracé bleu remonté jusqu'au col du Renard et poursuivez direction Nord/Ouest vers la crête de Morgiou.

Le gros courage c'est maintenant qu'il faut le mettre à profit, un bon raidillon se dresse devant vous, vous en aurez pour un quart d'heure si vous ne vous arrêtez pas en chemin, en plus d'être pentu, le sentier grimpe dans les cailloux, attention de ne glisser, faites des petits pas et avancez avec régularité.

Arrivés sur la crête de Morgiou, regardez en arrière et admirez le cap qui s'étire à vos pieds, cette vue est somptueuse.
Depuis votre départ du cap morgiou il vous aura fallu 30 minutes pour gagner ce point haut.

La suite de la randonnée est plus facile, vous évoluez en crête, direction Nord Ouest, toujours sur le tracé bleu et le GR jusqu'au point signalé sur le carte "le Carrefour" et matérialisé par un grand cairn (20 min. de marche en crête).

Si vous n'avez pas encore mangé vous pouvez le faire ici, en vous abritant du vent. Sur votre gauche le GR et un tracé rouge descendent vers la calanque de Sormiou.

La calanque de Sormiou.

Le sentier est accidenté et pentu, je me suis bien estramassé dans cette descente alors Méfi !! Pas de précipitation avancez avec prudence. Sur ce sentier vous aurez tout le loisir d'admirer la calanque de Sormiou avec une vue plongeante.

Après 25 minutes de descente, la calanque En arrivant à la calanque de Sormiou ...approche, vous découvrez d'abord son petit port qui mérite bien quelques photos.
Un peu plus loin vous repèrerez à votre gauche sa large plage qui fait le bonheur des vacanciers "lève-tôt" l'été.

Voilà vous connaissez maintenant les trois calanques de notre randonnée mais celle-ci n'est pas encore terminée, même si le lieu invite au farniente, au repos ou au relâchement, il vous faut regagner le point départ.

Dirigez vous vers la sortie de la calanque, traversez l'aire de stationnement des véhicules et retrouvez dans son angle Nord Ouest le tracé rouge et le GR qui remonte vers le col des Baumettes.
Soyez vigilant, le sentier n'est pas évident à retrouver.

 Comme des cierges qui s'étirent vers les cieux ...

C'est le dernier effort de la journée, vous devez remonter 200 m. de dénivelé, j'ai mis 30 minutes pour parcourir la distance.

Ce n'est pas insurmontable; levez les yeux, des chandelles de calcaire s'élèvent vers les cieux, c'est impressionnant. 

A cette époque, à la fin du mois de février, les fleurs des bruyères ont fané, la couleur mauve a laissé la place à des tâches marron qui tapissent les pentes encore vertes de la colline.

Ce mélange de couleurs percé par la clarté de la roche n'est pas sans esthétisme et c'est avec ces images plein les yeux que l'on atteint le col des Baumettes.

Il n'y a plus qu'à suivre le tracé rouge qui file sur la piste face à vous. Quittez la piste en suivant les traces rouge pour rejoindre une clairière où est érigée un monument à la mémoire de trois jeunes résistants fusillés par la police de Vichy pendant la seconde guerre mondiale.

La route qui redescend vers les Baumettes est toute proche pour rejoindre le point de départ (15 à 20 minutes depuis le col des Baumettes).

 Voilà, le circuit des trois calanques est maintenant bel et bien terminé, 11.5 km, 650 m. de dénivelé, des images plein les yeux et des histoires plein la tête, c'est ainsi que j'achèverai mon petit récit.

A bientôt pour une autre randonnée ...

 

    Loulou




 Retour au sommaire des randonnées dans le massif des calanques ...

  

 Retour au Sommaire général des randonnées

 
 

 

 
 



Créer un site
Créer un site