Randonnées dans le massif de la Sainte-Baume


 


 

 Retour au Sommaire général des randonnées

 
 

 4/ La Tour Cauvin par les dents de Roque Forcade
et retour par la Grande Baume 
 

(massif de la Sainte Baume - Col de l'Espigoulier)




 

Info. pratiques

 Carte IGN

 3245 ET - Aubagne - La ciotat - Massif de la Sainte Baume

 Accés

 Depuis Marseille rejoindre Gémenos par A502 et RN8 puis empruntez la D2 en direction de Plan D'aups jusqu'au Col de l'Espigoulier.
En venant du Var, rejoindre Plan d'Aups puis le col de l'Espigoulier par la D80 (en direction d'Ariol) puis la D2 vers Gémenos.
Le départ se fait du col, un petit parking est aménagé sur la piste D.F.C.I. (piste de Défense des Forêts Contre l'Incendie) qui part plein OUEST au niveau du col.
ATTENTION : ne pas obstruer le passage pour les véhicules de pompiers. 

Coordonnées GPS : Long_5° 39' 43" E / Lat_43° 18' 60" N

 Balisage

 Ce parcours emprunte des sentiers non balisés, des sentiers balisés "non normalisés" tâches bleues et des sentiers balisés en jaune.

 Dénivelé

 Environ 450 m.
 Altitude mini = 652 m.
 Altitude maxi = 928 m.

 Distance
Estimation  !

 distance comprise entre environ 9 km (estimation sur carte) et 11 km selon données GPS (données transmises par Charles, visiteur du site

 Temps de marche

 J'ai parcouru cet itinéraire en 5h30 comprenant les trèèèèèèès nombreuses pauses photos (paysages et flore), la descente dans l'aven du Plan des vaches et la visite de la Grande Baume mais hors pause déjeuner.

 Variante

 2 variantes sont possibles pour raccourcir le temps et le dénivelé :

  • Variante 1 : Au départ de la Tour Cauvin, reprendre le sentier pris à l'aller en sens inverse jusqu'au grand cairn pour rejoindre directement le col du Cros.
  • Variante 2 : Du col du Cros, vous pouvez regagner directement le Col de l'Espigoulier par le sentier jaune sans descendre à la grande Baume. Temps annoncé sur les panneaux d'indication au niveau du col du Cros : 35 min / 130 m. de dénivelé à déduire.

 Points Culminants

 Dents de Roque Forcade dont le point le plus haut atteint les 937 m. d'altitude.

 Cotation

Randonnée, ou partie de rando, facile envisageable avec des enfants.   Randonnée moyenne à fatigante - 450 m de dénivelé mais le raidillon en fin de journée peut être éprouvant.  Cotation POT (Pénibilité-Orientation-Technicité) :
P2 / O2 / T2

 Commentaires

 Une très belle randonnée que je vous conseille vivement. La période a, je crois, une grande importance. C'est au début du mois de mai que j'ai parcouru cet itinéraire, la Sainte Baume explosait des mille couleurs de sa flore renaissante. Le plateau des vaches était magnifique.
Vous parcourrez certainement cette randonnée dans un laps de temps plus restreint que moi. J'ai été littéralement subjugué par la beauté des lieux, des paysages et par la diversité des fleurs. Je me suis surpris à plusieurs reprises à m'asseoir pour profiter et observer. Partout où se posait mon regard, je ressentais un profond apaisement et un réel émerveillement. 
Cet itinéraire ne présente pas de réelles difficultés hormis pour les personnes qui ne peuvent emprunter des sentiers en balcon ou que le passage d'un ressaut rocheux, aussi facile soit-il, devient une difficulté insurmontable.
Cette randonnée peut être envisagée avec des enfants qui ont l'habitude de marcher. Attention toutefois à garder un oeil sur eux, le plan des vaches est un plateau qui domine de hautes falaises, mieux vaut ne pas les laisser s'en approcher.  
Randonnée très exposée par grand vent, parcours non recommandé dans ces conditions.

 Tracé et Profil d'itinéraire

 Tracé :   et  Profil Altimétrique : 

 
 


 

 
Descriptif

 
 

Depuis le parking, dirigez-vous vers le Nord EST, en direction des émergences rocheuses qui dominent le col de l'Espigoulier. Mais n'empruntez pas le tracé jaune en direction du col du Cros, 50 m. plus au l'Ouest, dans le virage suivez le sentier qui s'élève pour rejoindre la ligne de crête.

C'est une ascension un peu raide, surtout à froid, mais vous zigzaguez entre les Hélianthèmes, les Asphodèles, le Thym odorant, les touffes de genêt de Lobel dont leurs fleurs jaune vif dissimulent des pics acérés, des Santolines, des germandrées, etc ... c'est un festival de couleurs où chaque plante veut être la plus belle pour attirer les insectes pollinisateurs et assurer la survie de son espèce. 

Au bout de 25 minutes, et après 3 mille photos de fleurs (!!!), le sentier atteint le pied de la première dent de la roche fourchue (certains la nomme l'Aiguille de la Roque forcade, d'autre le Doigt de Salomon). Des points de peinture bleu invitent à vous engagez sur un sentier qui longe la falaise par le Nord. Le sentier en balcon suit les mouvements de la paroi rocheuse. La végétation présente, casse l'impression de vide que peut donner la forte pente qui borde
le chemin, coté gauche. 
Bientôt le sentier pénètre dans une zone boisée, par forte chaleur, cette pénombre doit être bénie des randonneurs.

Un petit coup d'oeil en arrière, nous avons déjà passé les trois première dents, c'est majestueux, avec le recul ce décor est de toute beauté. Poursuivez votre randonnée, le parcours oscille verticalement et horizontalement au gré des courbures de la masse minérale qui nous domine.



  Dans une zone sombre à l'abri des feuillus, un petit cairn marque un départ de sentier à droite qui butte quelques mètres plus loin sur un mur rocheux. C'est le passage Nord qui permet aux randonneurs d'accéder au sommet du Plan des vaches (1h depuis le départ). C'est un ressaut rocheux, pour lequel la présence de la végétation atténue l'appréhension mais ça reste un passage délicat pour lequel il faut être prudent et attentif. La partie la plus raide passée, des cairns marquent le cheminement par des blocs qui forment des marches d'escalier puis l'ascension s'achève sur une pente herbeuse que l'enfilade de cairns traverse sans se soucier de la superbe vue qui s'offre à nous, vers le Sud Ouest, sur les premières dents érigées comme les créneaux d'une muraille gigantesque.

Suivez maintenant le sentier dessiné au sol entre les roches affleurantes qui moutonnent au milieu du manteau d'herbe animé par la petite brise qui rafraîchit ce plateau "d'altitude".

Après avoir flâné pendant 40 minutes sur le plateau, nous sommes parvenus à l'aven.

 Bien évidement une inspection des lieux s'imposait.
La descente est délicate et glissante, la prudence est de rigueur, d'ailleurs l'utilisation d'une corde pour assurer la descente est recommandée. C'est d'autant plus vrai si vous avez l'intention de ressortir un jour !!! Si la descente est délicate, la remontée est, quant à elle, relativement compliquée !!!

 Après 20 minutes passé au fond de ce gouffre immense il est temps de remonter mais une question me trotte dans la tête : qu'elle est l'origine de ce mur quasi-circulaire érigé au fond du trou ? Vestiges d'un abri, d'une glacière ??? Je sais que ce plateau a été occupé par les Celto-Ligures (implantation d'un oppidum au Nord du Plateau), les romains ont, pour leur part, utilisé la Tour Cauvin comme point d'observation et de surveillance, ... Ce mur de pierres sèches a-t-il un rapport avec ces occupations ? Mystères !!!  (Après recherches, il semblerait que ce mur ait été construit pour le besoin des fouilles réalisées dans ce gouffre)

 En seulement 5 minutes de marche après l'aven, vous parvenez à un carrefour marqué d'un grand cairn. Le sentier de droite (Sud Est) rejoint le col du Cros. A gauche (plein Nord), c'est la direction de la Tour Cauvin, c'est donc l'itinéraire à suivre.

Au bout de 15 minutes de marche, le sentier oblique à droite pour quitter le plateau. C'est effectivement le chemin à suivre mais prenez 5 minutes aller/retour pour profiter du point de vue sur la tour Cauvin depuis l'extrême pointe Nord Est du Plan des vaches.
Ensuite en 10 minutes vous rejoignez la Tour Cauvin. Un sentier en fait le tour. Vous pouvez déjeuner ici, le coin est sympas.
3 heures depuis le départ (!!!), les flâneries ont ralenti la cadence mais il n'y a rien à regretter, c'est tellement beau !!!

Après la pause de midi, il est temps de penser à rentrer.
Il se présente à vous plusieurs possibilités :
 ♦ la première est de descendre par un petit sentier, qui débute au col situé au Nord Ouest de la tour Cauvin, pour rejoindre la piste qui prend naissance au niveau de la RD2 pour remonter le vallon du Cros jusqu'au col du même nom. Je ne vous conseille pas cet itinéraire, la piste vue d'en haut n'a rien de bien agréable à parcourir.

 ♦ la seconde, vous remontez au Plan des vaches puis, par le sentier pris à l'aller, vous rejoignez le carrefour du grand cairn pour se diriger vers le col du Cros par le sentier orienté Sud Est (Variante 1).
 ♦ la troisième possibilité, je ne l'ai trouvé sur aucun topo que j'ai consulté sur le net et je vous la conseille. En quittant la tour Cauvin, suivez le sentier pris à l'aller jusqu'au col qui sépare la tour Cauvin de l'extrémité Nord du Plan des vaches mais  à la première patte d'oie prenez le sentier de gauche (à droite c'est le début du sentier qui remonte en sens inverse de l'aller). Option que vous renouvelez deux fois encore pour 2 autres pattes d'oie.
Ce sentier sur lequel vous évoluez est bien visible sur le terrain mais n'apparaît pas sur les cartes IGN.
En 35 minutes, d'une descente agréable sur un sentier ombragé en balcon, vous regagnez le vallon du Cros à hauteur de la source du même nom.
Après un petit tour à la source, il faudra remontez la piste direction Sud Ouest. Des marques jaunes et vertes balisent ce parcours, quelques centaines de mètres plus loin, quitter la piste, à droite, avec
le balisage jaune qui remonte au col du Cros (le vert se dirige vers La Brasque).
Le chemin est pentu mais ombragé, en 5 minutes vous atteignez le col du Cros (50 minutes depuis la Tour Cauvin).

C'est ici que vous pourrez opter pour la Variante 2 et filer, plein Ouest, par le Chemin des Aurens vers le col de l'Espigoulier annoncé à 35 minutes de marche. 
Pour notre randonnée du jour je vous propose de partir Sud Ouest sur un sentier balisé en jaune qui doit nous conduire à la Grande Baume, annoncée à 15 minutes de marche. Le sentier descent assez raide, c'est pas bon pour les genoux !!!

Au bout de 10 grosses minutes des pointillés jaunes vous invite, sur votre gauche, à rejoindre un point de vue. Je vous le conseille, ça ne prendra pas plus de 5 minutes mais la découverte aérienne du "Chemin de Fer" de la Sainte Baume vaut son "pesant de cacahuètes".
De retour au sentier jaune, vous pénétrez dans un passage sombre sous la frondaison des feuillus, bizarrement le fond de l'air se rafraîchit, pas de chant d'oiseau et puis soudain une gueule immense s'ouvre devant vous comme pour vous avaler dans ses entrailles ... vous êtes arrivé à la Grande Baume (1h10 depuis la Tour Cauvin). Cette grotte traversante a fait l'objet de fouilles archéologiques qui ont révélé une fréquentation au Néolithique (-5000 à - 2500 ans avant notre ère).
Si vous avez prévu des lampes, vous pourrez faire un tour dans cette grotte dont la superficie n'est pas négligeable.

 

Au sortir de la cavité, poursuivez votre randonnée par le sentier qui descend encore et qui rejoint une piste. Soyez attentifs, un petit cairn, je pense détruit par le passage de VVTistes peu regardant, marque, sur votre droite, le départ du sentier de la remontée (15 minutes depuis la Grande Baume).

En fin de randonnée, cette ascension de 130 m. de dénivelé, exposée aux rayons du soleil, peut être assez éprouvante.
Passez devant 2 cairns posés sur des piles verticales et aprés environ 30 minutes de grimpette touchez le sentier jaune du "Chemin des Aurens" que vous suivrez vers l'Ouest, pendant 25 minutes, pour regagner le Col de l'Espigoulier (environ 2h30, avec les pauses, depuis le retour de la Tour Cauvin).


Voilà, la boucle est bouclée, cette randonnée est riche en curiosités ce qui peut expliquer ce timing un peu à rallonge mais c'est aussi ce plaisir de la découverte qui donne un attrait à la pratique de la randonnée.


Bonne randonnée et bonnes découvertes


Loulou

 


 

 Retour au sommaire des randonnées de la Sainte-Baume 

 

    

           ... et pour laisser un message sur le livre d'or   

 


Retour au Sommaire général des randonnées
 

 


 




Créer un site
Créer un site