Randonnées en Savoie (suite)
 

 

 Retour au Sommaire général des randonnées

 
 

 LE GRAND COCOR

(Savoie - Val d'Isère)

mise à jour : aout 2012



Info. pratiques

 Carte IGN

 Carte TOP 25 3633ET - Tignes/Val-D'Isere/Haute-Maurienne/PN de la Vanoise

 Accés

Point de départ de cette randonnée, Le pont St Charles à la sortie de Val d'Isère sur la D902.
Coordonnées : Longitude : 07° 02' 11" E - Latitude : 45° 27' 18" N

 Balisage

 Suivre les indications des panneaux jaune, direction Refuge de Prariond puis Col de la Galise

 Dénivelé

  1000 m.

 Distance
Donnée non fiable !

  /

 Temps de marche

 Selon les panneaux d'indication sur place le temps total de marche est de 5h45

 Variante

  Il semblerait qu'il y ait possibilité de redescendre par le col de la Lose. Itinéraire que je n'ai pas emprunté mais un sentier se dessine au sol dans cette direction depuis le sommet du Grand Cocor .

 Points Culminants

 Le Grand Cocor = 3035 m.

 Cotation

Randonnée Sérieuse - dénivelé > 1 000 m et/ou distance > 15 Km.        Jolie randonnée, vaut le coup d`oeil - quelques curiosités à découvrir. Cotation POT (Pénibilité-Orientation-Technicité)
P2 - O1 - T1

 Commentaires

 Cette randonnée est fort plaisante avec une variété intéressante de décors. C'est la possibilité de monter à plus de 3000 m. d'altitude  sans avoir à réaliser un important dénivelé. Heureusement car le rythme respiratoire nous rapelle que l'on est plus à Marseille, au niveau de la mer. C'est également une vallée assez sauvage malgrés tout avec la possibilité d'observer le Gypaète barbu, des marmottes, des bouquetins et des plans d'édelweiss. Un petit paradis sur terre en quelques sortes, d'autant que la traversée de névés donne un petit gout de haute montagne ce qui n'est pas pour me déplaire.

 Tracé  d'itinéraire

 Tracé : Itinéraire de la randonnée

 
 

 
 

Descriptif

 

 Au départ du parking situé à gauche juste avant le pont St Charles dirigez-vous plein Est, en direction du refuge Prariond. Des panneaux du Parc de la Vanoise vous indiquent la direction à suivre. Le refuge de Prariond est indiqué à 1h15 de marche et le col de la Galise à 3h15.

 Le sentier s'élève assez rapidement, à froid c'est un peu difficile mais le ciel couvert de cette matinée nous épargne un gros bain de sueur.

 Nous rejoignons les gorges du Malpasset. Le sentier vraiment très bien amménagé parcoure la paroi rocheuse en balcon, coté rive droite, à une bonne centaine de mètre de hauteur. Les personnes sujettent au vertige éviteront de trop se rapprocher du bord, le sentier est assez large pour vous prémunir de cet appel du vide.

 C'est très beau, tout en bas, l'Isère prend forme, ici c'est un torrent tumultueux alimenté par la fonte des glaciers perchés sur les sommets qui nous entourent.

 L'autre extrémité des gorges nous apparaît, nous débouchons sur un vaste plateau glaciaire de fond de vallée. Il ne fait nul doute qu'il y a quelques milliers d'année, c'était un lac qui occupait ce fond de vallée creusé par un glacier bien plus ancien qui est venu buté sur le verrou glaciaire constitué par les gorges que l'on vient de parcourir.

Le ciel est toujours couvert, aurais-je eu tord de faire confiance aux prévisions de Soeur Evelyne Dhéliat ?? Peu importe cette couverture nuageuse rend ce lieu plus intime comme s'il nous était réservé aujourd'hui.

 Nous poursuivons notre randonnée toujours plein Est, le refuge se dessine au loin. Notre avancée sur ce plateau est agréable, le dénivelé est quasi nul, nous sommes bercés par le chant des torrents qui coulent ça et là sur les pentes rocheuses qui nous entourent.
 Arrivé au refuge, pas un chat dans le quartier !! La montagne est endormie et ses locataires également semble-t-il !!!

 Nous débutons l'ascension vers le col de la Galise qui est mentionné ici à 2h00 de marche. Ce n'est plus tout à fait pareil. Le soleil a refait son apparition entre les nuages, l'atmosphère s'est réchauffée et nous aussi par la même occasion.
Plus nous montons, plus les effets de l'altitude sur le souffle se fait sentir, les pas deviennent plus petits, le rythme de marche plus lent ...
"Oh Bonne Mère comme j'étais bien les pieds dans l'eau à siropter un pastaga sur les plages de Marseille !!"

Mais le paysage est fabuleux, le glacier des Sources de l'Isére est là, devant nous.
Sous un ciel mi-figue, mi-raisin, c'est un régal pour les yeux qui nous fait oublier le souffle court.

 Ici, les alpages verdoyants ont fondu, comme les glaces qui occupaient jadis tout ce massif, pour laisser la place à un décor minéral, des cairns balisent notre sentier, le Grand Cocor est là, il nous attend.

 Des névés de différentes tailles tentent de subsister au milieu des pierriers et des pentes rocheuses.
Pour accéder au Col de la Galise nous traversons l'un d'eux, c'est vraiment plaisant de pouvoir marcher dans la neige en plein mois d'août alors que les collègues croulent sous 35°C à l'ombre chez nous !!!

 Enfin nous parvenons au col et découvrons le coté italien, un lac bleu turquoise occupe le fond de vallée, c'est étrange cette couleur dans ce panorama rocailleux.

 Il nous faut faire un dernier effort pour parvenir au sommet, une petite sente s'élève assez raide vers le sud sur un sol mal stabilisé. Le retour pour les personnes sujettes à la "peur du vide" peu s'avérer compliqué, à voir donc selon les possibilités de chacun.

 En quelques minutes, nous parvenons au sommet qui est en fait une large crête toute arrondie. La vue est superbe de là haut, d'autant que les nuages ont fini par dégager le grand bleu, nous permettant de porter notre regard au loin. Le sentier semble se poursuivre en crête vers le col de la Lose, nous ne prendront pas cet itinéraire mais je pense que vous pourrez le tester si vous montez là haut et me direz en retour si le chemin est praticable par ce coté pour redescendre vers le refuge de Prariond.

 Pour casser la croûte, il nous faut redescendre car le vent en crête nous glacerait les os si nous restions là haut. Nous traversons un autre névé pour s'installer sur un promontoire à l'abri du vent, un petit lac semi glacé en contrebas sous nes pieds, l'endroit est idéal pour faire la pause déjeuner. Bien entendu il ne faut pas oublier les lunettes de soleil la réverbération de la lumière du soleil haut dans le ciel sur la neige est vraiment néfaste pour les yeux.

 Après le casse-croute, le retour se fera par le même itinéraire, en sens inverse. Au col de la Galise, le Pont St Charles est annoncé à 2h30 de marche.




 Au retour nous aurons la 
chance de pouvoir observer le Gypaète barbu traversant le ciel à la recherche de quelques nourritures. 

 Nous parviendront même à déceler 
son  lieu de nidation dans la faille d'une trés haute falaise.

 
 

 Au sol, ce sont les marmottes qui nous accueilleront en silence sur leur territoire et nous avons également eu la joie d'admirer de jeunes bouquetins qui ont dévalé les pentes pour rejoindre le lit de l'Isère.

 

 Voilà ce fut une bien belle rando, je vous la conseille vivement, ce n'est pas tous les jours qu'on peut faire un 3000m.

 
Bonne balade ...


 

Loulou

 

 

 



 

Retour sommaire général des Randonnées



 


 




Créer un site
Créer un site